• Vivre d'amour et d'eau salée [privé]


    Mardi 17 Juillet à 14:35
    Lilicha

    Lola :

    Le bouquet de pensées a fané prématurément, presque instantanément au lendemain de sa rencontre avec Oz. Ca l’a un peu affectée, et puis c’est passé. Elle a enterré les pétales bruns, les tiges séchées, et son amour avec. Un mois pour se consoler, pour méditer, pour se convaincre elle-même : elle l’aime, assurément. Mais pas comme ça. 

    Aujourd’hui elle se promène, le pas léger, la tête en l’air. Ses yeux papillonnent partout, elle regarde tout, insouciamment, et puis ils percutent un homme, de dos, bien distinct dans son haut-de-forme et son costume excentrique. Quand elle le voit, comme ça, si soudainement, la luciole se heurte à la vérité incorruptible de ses sentiments. Mince alors ! Elle se souvient de son sourire de vendeur faussement chaleureux, de sa voix de baryton qui hélait les passants et qui lui chuchotait des choses à l’oreille. Elle lisse sa robe et un épi dans ses cheveux, observe le magicien contemplateur, face à la mer, baignant dans une flaque de soleil ; on dirait un tableau. Elle veut s’approcher, mais si elle le fait, peut-être qu’elle va gâcher un souvenir idéalisé, peut-être qu’elle ne va pas savoir quoi lui dire, peut-être qu’elle est déjà morte dans son cœur et dans sa mémoire, qu’il a perdu son cadeau, et qu’il ne va pas la reconnaître. Mais vous savez quoi ? Elle s'approche quand même, et elle sourit.

    - Bonjour.

    Mardi 17 Juillet à 15:42
    yumiji

    Oz :

    Le magicien contemplait les vagues se heurter sur les ports d'un air morose. Il ne savait pas ce qui l'avait amené ici - l'envie de se laisser aller quelque instants, de laisser tomber la façade vendeuse qu'il abordait chaque jour. Le souvenir de la luciole d'il y a un mois lui revenait encore en mémoire ; maintes fois il s'était retrouvé entrain de la chercher dans la foule, avec peut-être l'espoir qu'elle serait là, à voltiger de part et d'autres...Mais ce n'était que fantaisies, et Oz, à défaut d'en être une, ne croyait pas aux fantaisies.

    Il avait accroché la pince qu'elle lui avait offert à son costume, sur la poche près de son coeur - c'était affreusement niais, mais Oz avait ce petit côté fleur bleue qui ressortait parfois. Un petit détail, certes, mais qui en valait la peine pour le magicien.

    Quand il entendit -reconnut- une voix l'interpeller, sa surprise fut telle. Il détacha son regard de la mer pour le poser sur une vue encore plus belle - Lola, en chair et en os, qui semblait irradier de lumière aux yeux du marchand. Il resta bouche-bée quelque secondes, avant de se rendre compte qu'elle attendait sûrement une réponse. Oz répondit, encore confus.

    - Lo..Lola...

    Mardi 17 Juillet à 17:26
    Lilicha

    Lola :

    Oz s'est retourné, il l'a fixée en silence, juste le temps que Lola envisage qu'il ne la reconnaissait effectivement pas, mais finalement, il a prononcé son nom. La luciole savait alors une chose : elle n'était pas morte dans sa mémoire, et ça lui faisait un bien fou. 

    - C'est moi !

    C'était drôle tout de même, il semblait troublé, perplexe, et elle-même était surprise de lui découvrir ces émotions là, comme si elle avait toujours connu le magicien comme un homme sûr de lui et intouchable. Mais ce qu'elle savait de lui, elle l'avait appris en une heure ou deux il y a trente jours. Elle ne savait pas tout ce qu'il y avait à savoir et elle n'aurait jamais pu savoir que... Que Oz aurait gardé sa pince contre son coeur, et que s'en apercevoir ferait éclore en l'étincelle un bonheur sans pareil, vous savez celui qui réchauffe et qui dessine des grands sourires et qui fait poindre des larmes aux yeux.

    - Vous l'avez gardée...

    Elle savait maintenant une deuxième chose : elle n'était pas morte dans son coeur non plus. Ca la chamboulait un peu, ça chamboulait aussi ses convictions ; "il ne faut plus tomber amoureuse d'aucun autre inconnu". Enfin, il aurait fallu que le magicien soit "un autre" ou "un" inconnu. Lui, c'était plutôt l'inconnu dont rêve les jeunes filles en fleur, l'inconnu des romans.

    La luciole prit place à côté de son bourreau des coeurs, assise sur le quai. Elle eut un regard pour la mer, bleue et agitée. Dieu sait comme elle aime le bruit et le mouvement des vagues, mais en ce moment elle aime Oz un peu plus, alors c'est lui qu'elle regarde.

    - Je suis contente de vous revoir. Même si je vous en veux, de m'avoir autant manqué. 

    Mardi 17 Juillet à 19:40
    yumiji

    Oz : 

    La revoir ainsi apportait une chaleur au coeur du magicien : il s'était peut-être plus attaché à elle qu'il ne le pensait. En venant ici, il n'aurait pas pensé la recroiser : mais il y a un mois de ça, il n'aurait pas pensé la croiser non plus. Il la suivait attentivement du regard, s'accrochant à elle du mieux qu'il le pouvait, de peur qu'elle reparte aussitôt que lors de leur première rencontre.

    Oz lui offrit un sourire, et il lui offrirait plus si il le pouvait - mais pour le coup, un sourire semblait adéquat.

    - Que pourrais-je faire pour me faire pardonner ?

    Mardi 17 Juillet à 20:38
    Lilicha

    Lola :

    Oz lui sourit comme lui seul sait le faire. Elle aime bien ses sourires, il en change comme de cravate : sourire vendeur, sourire moqueur, sourire taquin, sourire doux et gentil. Lola lui sourit en retour ; c'est le sourire des non-dits qui veulent être dits, des "je vous aime bien... Beaucoup, même si c'est un peu tôt" - enfin, si un sourire peut exprimer tout ça. 

    - Voyons voir...

    Ce qu'il pouvait faire ? Lola l'avait espéré, lui, déjà bien assez. Il avait été à moitié pardonné en s'étant trouvé là où la luciole ne l'attendait plus. Elle fit mine de réfléchir - elle ne savait pas ce qu'elle voulait de plus, ou, précisément, elle voulait et attendait tout de lui. Elle pourrait lui sommer de lui raconter sa vie, une anecdote, de la prendre dans ses bras, ou de ne pas lui dire au revoir trop tôt. 

    - Je ne sais pas... Vous pourriez m'offrir un bouquet de fleurs ? Même si elles doivent faner demain. 

    Mardi 17 Juillet à 20:47
    yumiji

    Oz :

    Le coup des fleurs qui fanent avait sûrement dû lui rester en travers - même si Lola ne semblait pas du type rancunière, pour une raison quelconque, Oz...se sentait coupable. C'était idiot, après tout : si il ne pouvait même pas lui offrir de vraies fleurs, alors quoi d'autres pourrait-il lui donner ?

    Son sourire s'effaça rapidement, et en une fraction de secondes, une mine triste couvra le visage du magicien. Il reporta son regard sur les vagues qui se heurtaient contre le port, et répondit, d'un ton plus doux et moins fort.

    - Vous méritez mieux, Lola.

    Mardi 17 Juillet à 21:50
    Lilicha

    Lola :

    Lola attendait de voir, comme une enfant émerveillée par les petits riens, Oz puiser l'objet de ses désirs au fond de son chapeau magique. Ca n'arriva pas et elle ne compris pas pourquoi. Il s'expliqua et elle ne comprit pas comment il pouvait penser cela, parce que la luciole n'était pas difficile, qu'elle les aimait comme ça, ses fleurs : magiques, merveilleusement fragiles. Elles existent et elles vivent pleinement le temps d'une journée. Lola aussi, elle avait vécu intensément le jour de la rencontre bouleversante - colère, joie, peine. Elle s'était éteinte ensuite, parce qu'elle n'avait plus croisé personne avec qui avoir d'échanges aussi... Échangeurs. Et là, elle se ré appropriait petit à petit cette joie de vivre particulière, et c'est pour ça qu'elle voulait ce bouquet particulier. Ou quoi que ce soit, vraiment. 

    - Non, je ne crois pas. Mais... Vous savez quoi ? Je ne veux rien. Rien de plus que vous. 

    Mystérieusement, l'étincelle avait le don de s'embarrasser toute seule. Ses mots ne dépassaient certainement pas sa pensée - ils l'épousaient, mais elle ne voulait pas qu'ils franchissent le seuil de sa bouche. 

    - Enfin, je... Je ne dis pas que je vous veux, ce serait déplacé, je veux dire que je vous ai déjà à mes côtés et que c'est... Bien. C'est très bien, même. 

    Elle se sentait bête et niaise. Trop spontanée. Alors elle rougit, et, à son tour, se réfugia dans la contemplation des vagues.

    - Vous vous sous-estimez, Oz. Ou vous m'estimez trop, je ne sais pas. Mais c'est vous, le magicien. C'est vous qui pouvez rendre un quotidien moins morose. Je veux que vous le sachiez, et... Que vous excusiez mes maladresses. Je réfléchis trop, et je parle sans réfléchir. 

    Elle s'interrompit, et rit, gênée.

    - Vous voyez, ce que je viens de dire ne veut rien dire.

    Mardi 17 Juillet à 23:18
    yumiji

    Oz :

    Les paroles de la luciole l’avaient vraiment touché, à tel point qu’il pouvait sentir ses yeux s’humidifier. Oz ne comprenait pas, et c’était peut-être parce qu’il n’y avait rien à comprendre chez Lola. Elle était une luciole, après tout, et les lucioles ne s’expliquent pas : elles brillent et c’est comme ça.

    Néanmoins, il restait sûr de ne pas mériter les bonnes paroles de la demoiselle. Après tout, qu’était-il ? Un vagabond, un escroc, un tueur - voilà ce qu’il était, alors qu’elle, elle était tellement plus. Tellement plus qu’il ne serait jamais, et qu’il ne pourrait jamais avoir. Les fleurs qu’il pourrait lui donner ne valaient pas ce que d’autres pourraient lui offrir, et Oz peinait à comprendre pourquoi elle s’obstinait donc.

    Il pris une inspiration, un posa un lourd regard sur la demoiselle devant lui.

    - Lola, ce…ce ne serait pas juste. Pour vous plus que pour moi. Vous méritez beaucoup plus que…

    Que moi, allait-il ajouter, mais il changea d’avis finalement.

    - Que des fleurs qui, aussi belles soient-elles, faneront instantanément.

     

    Mercredi 18 Juillet à 00:41
    Lilicha

    Lola : 

    Lola soutint le regard du magicien, résolue. Elle lui avait dit, ce jour-là : elle a toujours le dernier mot, parce qu'elle a raison. Elle est sûre d'avoir raison quand elle pense fermement que Oz l'a sauvée de l'ennui de sa vie qui se faisait routinière, et qu'il a mit des couleurs nouvelles dans la toile de ses rêves. 

    - Quand le bouquet que vous m'aviez offert s'est décomposé dans mes bras, je n'ai pas compris et ça m'a fait un peu de peine. Pas parce que c'était un bouquet de mes fleurs préférées, mais parce que c'était le vôtre. 

    Son expression s'adoucissait à mesure qu'elle parlait, et ses yeux s'attardaient sur la pince dorée épinglée contre le coeur du vendeur. Elle chuchota, comme pour elle-même :

    - Maintenant je sais qu'elles faneront, je suis préparée. Et je m'en fiche, qu'elles soient belles, qu'elles vivent longtemps ou non. Elles ont le droit d'être fragiles, d'être plus sensibles au temps qui passe. Ca les rend un peu plus spéciales à mes yeux. 

    Elle sourit un peu plus, elle craint moins désormais que Oz ne perce à jour ses double-sens, si ça lui permet de recouvrer l'un de ses sourires qu'elle aime tant. Il pourrait même la charrier s'il voulait, elle ne se vexerait pas. 

    - Alors voilà, Oz. Autrefois j'aimais les jolies fleurs qui sentent bons et qui gardent leurs couleurs vives, aujourd'hui je ne jure que par les vôtres. Je vous le demande une dernière fois : offrez moi des fleurs. 

    Mais qu'il ne l'envoie pas sur les roses, alors qu'elle lui avait fait des aveux comme ceux-ci.

    Mercredi 18 Juillet à 10:44
    yumiji

    Oz :

    Il y avait quelque chose chez les paroles de la luciole -sans doute leur sincérité- qui touchait vraiment le magicien. Il redirigea son regard vers la mer, n'ayant pas la force de la regarder dans les yeux, et soupira. 

    Lola était têtue. Alors que Oz lui avait répété maintes fois qu'elle méritait mieux, elle était tout de même rester là, à essayer de lui remonter le moral, et Oz ne savait pas si c'était une bonne chose ou non. Il leva sa main gantée à son oeil, pour tenter de ne pas laisser de larmes couler. Pas devant elle, du moins. Il se décida à la regarder dans les yeux, et inspira.

    - Je suis désolé.

    Il ne savait pas pourquoi il s'excusait - juste que en ce moment, il se sentait coupable. Coupable de la faire tant espérer, parce qu'elle le surestimait trop à son goût. Coupable de ne pas pouvoir lui offrir de fleurs, parce que ces fleurs aussi, elle les surestimaient trop. 




    Vous devez être membre pour poster un message.